La DME.

Kézako ?

La DME c’est la Diversification Menée par l’Enfant.
Quand j’ai expliqué à mon entourage que je ne souhaitais pas passer par l’étape des purées et des compotes, j’ai été immédiatement et à chaque fois vue comme une hurluberlue.
Les gens y voyaient une pratique marginale et dangereuse. Parce que l’humain est fait de telle manière que lorsqu’il ne connait pas, il a peur et il juge sans même se renseigner.

J’ai connu ce mode d’introductions alimentaires en faisant mes propres recherches car le développement de l’enfant et les neurosciences m’intéressent.
J’ai vu passer ce « nouveau » truc : la DME ; et je me suis demandé ce que c’était.

Très rapidement, je me suis rendue compte que ce n’était ni une mode, ni quelque chose de nouveau.
Bien des populations dans le monde nourrissent leurs enfants sans en passer par les purées ainsi que dans notre passé également.

Et les avantages de la DME sont nombreux… Je viens donc vous en parler ici !

L’enfant partage le repas familial.
Il voit donc qu’il mange la même chose que tout le monde autour de la table.
On préconise d’ailleurs de manger tous ensemble et de ne pas faire manger le bébé avant la famille.
C’est un moment de partage.
Au delà d’une pratique c’est surtout un mode de vie. Une philosophie.
Vouloir partager avec son bébé des moments en famille et lui transmettre ces valeurs.

Pour ce qui est de la sécurité, c’est évidement au coeur de la pratique.
Pas de DME avant les 6 mois.
Le bébé doit tenir droit dans sa chaise haute.
On préférera d’ailleurs une chaise haute rigide plutôt que toute moelleuse pour éviter que l’enfant ne s’enfonce dedans.
L’important est que le bébé tienne bien assis et ne se penche pas en avant.
Parfois, à 6 mois pile, l’enfant ne tient pas bien droit dans sa chaise. On peut réessayer quelques jours plus tard jusqu’à ce que ça soit bon. Le développement à cet âge là va très vite. en 3 jours, ou une semaine, le changement peut être considérable. Il faut essayer. On peut commencer entre 6 et 8 mois.
En attendant, on continue de donner du lait, et de toute façon, le lait est l’aliment principal du nourrisson jusqu’à 1 an. Le reste n’est que de la découverte. Capitaliser sur la DME c’est aussi assurer à son enfant un meilleur éveil sensoriel et un meilleur développement de la motricité fine ainsi que de son palais et de toute sa bouche (moins de risque de soins orthodontistes plus tard 😉 ).

Mais on ne commence pas de la purée en attendant de passer à la DME. ça ne fonctionne pas ainsi !
Un enfant qui aura commencé la purée va faire passer l’aliment en le faisant glisser comme un liquide sur sa langue et ensuite dans l’oesophage. Si vous prenez le relai avec des morceaux, il aura tendance à vouloir faire la même chose, il n’aura pas le reflex de mastication et risque de s’étouffer.

Les allergènes sont introduis suivant un processus assez précis également.

Quelques règles de base sont à intégrer et je vous recommande vraiment la lecture du livre :
« Petites mains, grande assiette »

Quand on commence la DME, c’est avec des aliments de la taille du poing fermé de l’enfant (ou plus gros et on affinera petit à petit avec l’âge). Il faut donc adapter les menus de la famille en fonction (exemple : avocats bien murs, asperges, artichauts, pastèque, poire, brocolis…).

Cet article n’est pas dans le but de vous donner toutes les règles de sécurité de la diversification consciente mais plutôt de vous motiver à vous y renseigner pour peut être passer le pas. Je souhaite donc orienter mon écrit sur les avantages et pour ce qui est de la sécurité, vraiment, je vous conseille de vous renseigner avec entre autre le livre « petites mains, grande assiette » mais aussi par le biais de lectures, de blogs, de groupes facebook ou vous trouverez toutes les recommandations pour une aventures culinaires bien réussi.

Présenter ainsi des aliments solides a son enfant développera également sa mâchoire et favorisera l’arrivée des dents. Il va également développer sa motricité. Et il saura gérer les choses en bouches.
Par conséquent, s’il a des grands frères et grandes soeurs qui laissent trainer de petits jouets, vous serez plus en sécurité car vous saurez qu’il ne pourra pas les avaler. Il aura été habitué a avoir dans la bouche des aliments à mastiquer avant de les avaler. Si ça ne se mâche pas, il recrachera.

Je dois prévenir : il va en foutre partout !
Heureusement, nous avons une chienne, Nicole, qui se réjouissait des repas ! Bien campée aux pieds de la chaise haute… on se demande bien pourquoi !
J’ai eu tenté d’acheter des dispositifs pour éviter les salissures mais au final, mon sol en a vu d’autres et je préférais largement que rien n’entrave son appétit et son exploration.

Pour les boissons c’est pareil, pas de tasse à bec, de gourde, on privilégie l’autonomisation avec des petits verres adaptés aux petites mains. En plus si vous allaitez, cela évite les confusions sein-tétine.
J’avais fait le choix de ces modèles : Baby cup

Aujourd’hui Voltaire a donc 2 ans et 9 mois, il mange de tout avec plaisir et gourmandise. Les légumes, les fruits, le fromage c’est son dada. Moins la viande mais je pense que c’est peut être plus une histoire de texture et de mastication que de goût. Il utilise des couverts. A 1 an il piquait des coquillettes avec une fourchette.

Trop d’enfants développent des troubles et blocages alimentaires qui mènent à des conflits. L’avantage de la DME c’est que votre enfant aura fait un apprentissage par lui même et de manière consciente. Sans être « gavé » à la cuillère jusqu’a ce qu’il ait terminé son bol du purée.
Je pense souvent que mes fils ainés auraient dû avoir ce type de diversification car je les trouve très difficiles à manger. Les légumes sont refusés, les aliments ne doivent ni être trop mous ni trop durs, ni trop colorés. Je pense qu’avec une telle méthode ils auraient eu plus de facilité à apprécier la nourriture saine.

Je crois que le problème réside dans les carnets de santé de nos enfants ou il faut entrer dans des cases et des courbes. On focalise donc sur cela en voulant leur faire absolument prendre du poids pour qu’ils correspondent à des standards. Il est évident que mesurant 1,52m et pesant une cinquantaine de kilos, je ne donne pas naissance à des bébés de 54,5 cm et 4,500kg (Bisou Alessia ! 😉 )

Je vous en ai parlé dans mon article précédent sur l’allaitement, Cocon d’Eveil est également la personne qui peut vous accompagner dans un projet de DME.
Elle se situe du coté de Cahors et propose des ateliers.

Vous avez également cet article que je trouve très bien rédigé et très détaillé :

Enfin, je vous dirai que partager avec son enfant des mets, des repas et même des restaurants aussi jeune soit il, est un vrai régal. Plutôt que d’expédier le petit pot à coups de cuillerées dans la bouche « emballez, c’est pesé ! ».
De voir mon petit si curieux et si gourmand m’émerveille tandis que ses frères de 10 et 12 ans ne mangent que des pâtes et des choses industrielles sous vide. J’ai à coeur que mon enfant mange sain, son avenir et ainsi que celui de la planète en dépendent. Manger local, des produits de saison, variés, tout cela va également dans ma philosophie de vie un peu écolo. Mais c’est surtout pour sa santé que cela me semble important. Comme dirait quelqu’un : La santé est dans l’assiette. 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s